Le-Premier-ministre-Christophe-Joseph-Marie-Dabire-avec-Phil-Smartt-president-du-groupe-americain-African-Global-Development

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, s’est entretenu ce mardi 20 octobre 2020 dans la soirée, avec une délégation du groupe américain African Global Development, spécialisé dans l’aéronautique. Selon Phil Smartt, président de ce groupe, les échanges avec le chef du gouvernement ont porté sur la signature d’une convention d’acquisition de la compagnie nationale Air Burkina. Avec cette reprise partielle, ce sont environ 250 milliards de FCFA qui seront injectés dans le capital de la compagnie, en vue de renforcer sa flotte.

le ministre burkinabè en charge des Transports, Vincent Dabilgou
Le ministre burkinabè en charge des Transports, Vincent Dabilgou

 

Selon le président du groupe repreneur d’Air Burkina, le processus de reprise de la compagnie est en cours. Ainsi, après la signature de la convention d’acquisition, le processus juridique sera entamé et durera environ deux mois. C’est à l’issue de cette étape, que de nouveaux avions viendront renforcer la flotte d’Air Burkina, qui va passer du régime de société d’Etat à régime de société privée, à partir du 1er janvier 2021.

« A partir de ce moment, nous pourrons mettre en œuvre tout ce que nous avons pris comme décisions, tout ce que nous avons mis dans notre plan d’action », a précisé M. Smartt.

« Nous sommes en train de dérouler le plan du gouvernement pour la relance d’Air Burkina », a soutenu de son côté, le ministre burkinabè en charge des Transports, Vincent Dabilgou. Pour lui, dans le programme du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Air Burkina est perçue comme une compagnie nationale qui représente notre patrimoine, notre porte-drapeau, dans la sous-région, mais aussi dans le monde.

De l’avis du ministre, l’objectif est de travailler à consolider les bases de la compagnie. Pour cela, le gouvernement a élaboré un plan à deux niveaux. La première étape a consisté à stabiliser Air Burkina et à faire en sorte que son leadership soit conservé dans la sous-région africaine. « C’est ce que nous avons fait, en réalisant des leasing avec trois avions (des embraer) », a expliqué Vincent Dabilgou.

 

Pour la deuxième phase, il s’agit selon lui, de relancer la compagnie, afin d’aller à la conquête du monde. Et pour atteindre cet objectif, il fallait trouver un partenaire qui, non seulement dispose de ressources financières conséquentes, mais aussi de la technologie et qui connaît l’aviation civile.

Le ministre a annoncé qu’avec cette reprise, la flotte d’Air Burkina sera renforcée par des « Airbus » et des « ATR » notamment, pour permettre à la compagnie de faire beaucoup plus de vols, notamment vers l’Europe. Par ailleurs, le plan de relance de la compagnie nationale permettra à notre pays, de disposer d’un centre de formation aéronautique qui contribuera à former les jeunes pilotes et les mécaniciens au sol.

« Les repreneurs de Air Burkina ont compris que la position géographique de notre pays est intéressante pour eux, parce que c’est un potentiel qu’ils veulent développer », s’est réjoui le ministre Dabilgou.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *