Bah N’Daw, le Président de la Transition

A deux jours de l’expiration de l’ultimatum de la CEDEAO, c’est le Colonel-major à la retraite, Bah N’Daw, qui a été choisi, à la surprise générale, par le collège transitoire, pour diriger la Transition. C’était, lundi 21 septembre. Chef de la junte militaire, le Colonel Assimi Goïta a été choisi, comme son vice-président. 

Agé de 70 ans, le Colonel-major Bah N’Daw est considéré comme un homme de rigueur. Un homme intègre, qui a fait une brillante carrière dans l’Armée. Avant de faire valoir ses droits à la retraite.

Sorti de sa retraite, en 2014, par IBK, qui le nomme ministre de la Défense et des Anciens Combattants, il démissionne, quelques mois plus tard. Pour des « raisons personnelles ». Depuis, il se consacre à son champ, dans la périphérie de la capitale.

Né, le 23 août 1950, à San, localité située à plus de 400 km de Bamako, la capitale, Bah N’daw a été incorporé dans l’Armée, comme engagé volontaire, après l’obtention de son baccalauréat. C’était le 1er juin 1973.

Issu de la septième promotion de l’Ecole Militaire Interarmes de Koulikoro, il s’envole pour l’ex-URSS pour y subir une formation de pilote d’hélicoptère.

Nanti d’un brevet d’études militaires supérieures, obtenu en France, le jeune pilote d’hélicoptère intègre la toute nouvelle Armée de l’air du Mali.

En 1994, il est breveté de l’Ecole de guerre (CID).

Un choix judicieux

Il devient, tour à tour, Aide de camp du Général Moussa Traoré, chef d’Etat-major de l’Armée de l’air, chef d’Etat-major adjoint de la Garde nationale, directeur du Génie militaire, chef de cabinet et de Défense à la Primature, directeur général de l’Equipement des Armées, chargé de mission au ministère de la Défense et des Anciens Combattants.

A l’annonce de sa désignation, les Maliens laissent éclater leur joie. Pour eux, c’est un « choix judicieux ».

« C’est un homme intègre, qui n’a jamais été mêlé aux affaires de corruption, de magouilles », dit de lui un ancien collaborateur, qui a requis l’anonymat.

Et un autre d’ajouter : « Si la classe politique et la société civile acceptent de l’accompagner, il fera des merveilles au cours de ces mois à venir ».

Marié et père de deux enfants, Bah N’Daw parle Bambara, français, russe et anglais.

Officier de l’Ordre national du Mali, le tout-nouveau Président de la transition est, aussi, décoré de la Médaille du Mérite militaire et de la Médaille du Mérite national.

Le Président de la transition et son vice-président seront investis vendredi prochain pour une transition de 18 mois.

Par Oumar Babi

One thought on “MALI : Qui est Bah N’Daw, le Président de la Transition ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *