Le Burkina à l’instar des autres pays du monde entier a commémoré ce Jeudi 15 Octobre 2020 la 23e édition de la journée internationale de la femme rurale. Et c’est Banfora, chef-lieu de la région des Cascades qui a abrité les festivités de cette commémoration. Une commémoration placée sous le thème : « Quelles stratégies de résilience des femmes rurales dans un contexte d’insécurité, de changements climatiques et du Covid 19 ». A travers ce thème le gouvernement burkinabè entend trouver les voies et moyens pour renforcer la capacité de résilience des femmes rurales afin qu’elles puissent améliorer leurs apports pour assurer une sécurité alimentaire au Faso.

Les femmes sont sorties nombreuses pour la circonstance

Une journée initiée pour reconnaître et magnifier l’apport des femmes rurales burkinabè dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et l’élimination de la pauvreté. Cette journée c’est tenue à la faveur de la commémoration à Banfora, de la 23e journée internationale de la femme rurales sous le thème quelles stratégies de résilience des femmes rurales dans un contexte d’insécurité, de changement climatique et du covid19. Au Burkina Faso en effet, les femmes rurales représentent 52% des actifs agricoles et occupent 60% des activités de production. Cependant elles sont confrontées à des phénomènes qui limitent énormément le déploiement de leur plein potentiel.

Pour Odile TAPSOBA, représentante de la coordination des organisations féminines des Cascades : « Cette journée est une journée spéciale pour les femmes rurales. Elle leur offre l’occasion de mener des réflexions profondes en vue de trouver des solutions idoines aux problèmes qui minent leurs secteurs d’activité. J’apprécie l’engagement du gouvernement à nos côtés. »

Les activités agricoles ont selon le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation diminué de 20 à 70% dans les localités touchées par les conflits. C’est dans ce contexte où les capacités d’adaptation sont mises à rude épreuve qu’est apparue la maladie à Corona virus. Cette situation a contribué à fragiliser les moyens d’existence des femmes rurales et a impacté négativement leurs activités. Raisons qui ont milité au choix du 15 octobre pour cette commémoration.

Pour Marie Laurence ILBOUDO, ministre en charge de la femme : « le thème est pertinent et, elle lance une invite aux acteurs du développement du monde rural, à mieux accompagner les femmes rurales dans les stratégies qu’elles savent tant développer pour s’adapter au changement. Il démontre aussi l’engagement du chef de l’État à faire du développement du monde rural une réalité. Le gouvernement demeure conscient des efforts supplémentaires qu’il doit consentir pour permettre aux femmes rurales de jouer pleinement leurs rôles. C’est pourquoi il s’engage à renforcer les différentes actions portant notamment sur :

– l’accès sécurisé des femmes aux facteurs de production notamment la terre ;

– le développement de la chaîne des valeurs des produits de femmes ;

– l’implication effective des femmes dans les processus de construction de la paix et de la cohésion sociale »

A cette cérémonie commémorative, un lot de matériel de production d’une valeur de 40 millions de Francs CFA et des bons d’enlèvements d’aliments de bétail d’une valeur de 05 millions 500 mille Francs CFA ont été gracieusement offerts à la coordination des organisations féminines des Cascades.  Un don pour renforcer leur capacité de résilience.

Karim CISSE
Le courrier du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *